Artisan’Art, le marché de Noël a présenté sa dixième édition

Édith utilise graines, coton et polyester pour confectionner ses colliers. | 

Un marché de Noël qui a une identité forte. L’événement organisé par l’association Kuzul skoazell Diwan Kastellin, Artisan’Art, s’est tenu ce week-end à l’espace Coatigrac’h. Comme chaque année, le comité de soutien de l’école Diwan a renouvelé la moitié des 56 exposants et a ainsi dû rejeté bon nombre de candidatures tant la demande est forte.

Parmi les nouveaux participants, il y a Lucile et Olivier de l’Atelier du Grimoire de Loudéac. Leurs créations sont réalisées selon des techniques ancestrales de reliure médiévale c’est-à-dire avec des couvertures de bois. « Nos matériaux viennent des vieux meubles que nous rachetons. »

Édith, amérindienne du Pérou, « côté forêt » comme elle se définit, fait des bijoux en ivoire végétal : « Avec des graines qui viennent de la forêt, je fabrique des bijoux biodégradables et écologiques. Ils conviennent aux gens allergiques au métal. »

Il y a également ceux qui reviennent après une longue absence comme Amibois. Yvon Bellec de Plougasnou s’inspire des jouets d’antan pour confectionner petits trains, xylophones et jeux colorés en bois de hêtre. « Nous ponçons, teintons et vendons », précise Anne-Marie, son épouse.

Et puis, il y a tous ceux que l’on a plaisir à retrouver d’une année sur l’autre comme la productrice de safran (de Stival) et tous ses produits dérivés, Philippe et ses drôles de coquillages et crustacés, la torréfaction La cale à kawa de Concarneau pour n’en citer que quelques-uns. Samedi, dès la première heure, le marché de Noël avait déjà drainé 400 visiteurs.

Lire l’article sur ouest France

Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

Le comité de soutien à l’école Diwan n’a pas encore fait ses comptes. Pour autant, chacun augure que cette dixième édition d’Artisan’Art restera dans les annales. Une belle bouffée d’oxygène pour l’école bilingue de la Grand-Rue car l’événement concourt à hauteur de 50 % de son budget. Tout le monde y trouve ainsi son compte. Les exposants, bien sûr, qui sont légion à vouloir en être. Mais surtout le nombreux public, lequel n’était pas seulement là pour admirer tant de magnifiques créations. « C’est le plus beau marché de Noël que je vois ». Le compliment, saisi au détour d’une allée de Coatigrac’h, atteste qu’Artisan’Art n’a pas fini de nous étonner.

Artisan’Art. Le beau succès du marché de Noël

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190511_655x434p

Au stand des livres en breton de diwan, Euriell, 10 ans donne un coup de main à sa Mam goz « je les ai tous lus, alors je peux conseiller les gens » Du coup, Marie-france n’a plus rien à faire.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190513_537x434p

« Sac et Ressac », la scellerie nautique de Douarnenez, donne une seconde vie aux voiles en les transformant en sacs, paniers, abat-jour, etc.. C’est beau et c’est costaud.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190515_692x434p

La garderie du Pére Noel, Leela et jade amusent les enfants, tandis que les parents font leurs emplettes

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190516_713x434p

L’atelier du Grimoire de Loudeac (22), s’est taillé un beau succés avec ses reliures en bois anciens qui protégent des pages blanches. Reste à les remplir. Idéal pour les albums et les livres d’or.

1-au-stand-des-livres-en-breton-de-diwan-euriell-10-ans_3190514_695x434p

Les crêpières ont à peine le temps de souffler. Cinq Billigs suffiront-ils à rassasier tout le monde ?

Lire l’article sur le telegramme

Artisan’Art. Le marché de Noël se poursuit aujourd’hui

Hier, pour son premier jour d’ouverture, Artisan’Art a attiré la foule. Les 56 créateurs bretons, réunis autour de ce marché de Noël avant l’heure, sont encore à Coatigrac’h, toute la journée. Parmi eux : l’étrange bestiaire de Filigraine.

Quel succès ! À peine les portes ouvertes, le comité de soutien de l’école Diwan enregistrait 400 entrées en une heure. Du jamais vu depuis dix ans qu’existe Artisan’Art. Il faut dire que ce grand marché de Noël, au coeur d’un salon d’artisans d’art, regroupe une grosse cinquantaine d’exposants parmi les créateurs les plus originaux de Bretagne. On y trouve une sensationnelle diversité de vêtements, de sacs et autres accessoires, de bijoux, céramiques, d’articles de maroquinerie, d’objets en bois, de déco, de jouets, de doudous et même de douceurs pour le palais. Difficile de résister. D’ailleurs, beaucoup de visiteurs ne résistent pas, car les créateurs ne sont pas trop gourmands. Parmi eux, notre regard a été interpellé par l’étrange bestiaire de Michel Taras. Il est installé à Poullaouën mais c’est aux Antilles que sont nées les créatures de Filigraine. Ses insectes, araignées, scorpions, salamandres, grenouilles ou encore tortues sont faits uniquement à partir de fils métalliques, graines exotiques, bois ou autres végétaux. Zéro colle. « Les matériaux naturels utilisés sont ensuite peints ou simplement vernis », explique-t-il. Sa compagne, Martine Friot, se charge de cette tâche, tout aussi délicate.

 Fourmi dilettante


Solides, souples et légères, les petites bêtes sont tantôt réalisées de façon très réaliste (un naturaliste y perdrait son latin), tantôt démesurée et parfois humoristique. Ainsi, il ne faut pas manquer la série des fourmis. « La fourmi Filigraine est une dilettante. Elle fait surtout à la musique ou du sport. Mais pas que… », sourit-il. Il est vrai qu’avec quatre mains et deux pieds, elles peuvent en faire des choses. Notre préférée, c’est la fourmi manifestante. Sa banderole proclame : « Assez de fable ! ». La Fontaine n’aurait pas dit mieux. Toujours dans le registre de l’humour, mettez bien vos lunettes pour apercevoir la coccinelle en noyau de cerise. « C’est une tirelire pour période d’austérité », plaisante-t-il. Michel Taras fabrique aussi des broches qui jouent à la petite bête qui monte… Plus vraies que nature, ou colorées comme on n’en a jamais vu, elles ne laissent personne indifférent. « J’aime bien jouer sur l’ambiguïté attirance répulsion qu’on éprouve face à certains de ces animaux », reconnaît le créateur. En tout cas, pour un vêtement ou décorer la maison, ce cadeau original sera du plus bel effet dans la hotte du père Noël.

Pratique
Artisan’Art, aujourd’hui, à Coatigrac’h, de 10 h à 18 h. Tarif : 1,50 €, à partir de 12 ans. Le billet d’hier reste valable. Crêpes sur place et garderie pour les enfants.

Lire l’article sur le telegramme