Redadeg. Passage de témoin dans la commune

redadeg_1

Hier, la Redadeg, course créée en 2008 pour soutenir des projets en faveur de la langue bretonne, est passée dans la commune. Les coureurs, qui étaient attendus, ont été encouragés en musique et sous le soleil.

La Redadeg, course de relais festive et populaire qui a lieu tous les deux ans, est passée hier à Châteaulin, en tout début d’après-midi. Accueillie en musique près de l’Office de Tourisme par quelques organisateurs et Gaëlle Nicolas, maire de la ville, la quinzaine de coureurs a continué son chemin en direction de Cast. Les enfants de Skol Diwan Kastellin, après un parcours d’un kilomètre effectué du côté de Port-Launay, ont profité du goûter et des rafraîchissements préparés à cette occasion. L’objectif de la Redadeg est de collecter 144.000 € pour financer plusieurs projets ainsi que le réseau Diwan qui scolarise plus de 3.600 élèves. Les familles, enfants, parents et grands-parents courent ensemble, parcourant les cinq départements de la Bretagne historique, avec un passage de relais à chaque kilomètre, sur l’ensemble des 1.700 km du parcours de cette édition.

La langue bretonne à l’honneur


L’enjeu est de transporter un message en breton à travers la Bretagne, sans s’arrêter. Le témoin qui passe de main en main est le symbole de la langue bretonne qui a été transmise de génération en génération. Il transporte un message dont l’auteur et le contenu sont gardés secrets jusqu’à l’arrivée, où ils sont alors dévoilés au public. Après un départ de Saint-Herblain (44), effectué le vendredi 29 avril, l’arrivée est prévue à Locoal-Mendon, demain, vers 18 h.

redadeg_2

lire l’article sur le telegramme ici

Redadeg. La Cornouaille de Hanvec à Plonévez-Porzay

REDADEG2016

L’équipe de la Cornouaille a fait le point sur les derniers préparatifs avant de prendre le relais, à Hanvec, le jeudi 5 mai.

Christophe Donadier Après deux ans d’absence, la course pour la langue bretonne fait son retour et s’allonge de 200 km pour sa 5e édition. Le parcours en Cornouaille débute à Hanvec pour rejoindre Plonévez-Porzay.

Depuis 2008, année de sa création, la Redadeg a assis son succès d’édition en édition. Les recettes ont sans cesse progressé pour atteindre un joli pactole de 389.000 € en 2014. Loin des 600 km sillonnés lors du premier exercice, cette année le témoin passera de main en main sur un parcours ambitieux de 1.700 km. Celui-ci partira de Saint-Herblain (44), le 29 avril, et se clôturera à Locoal-Mendon (56), le 7 mai. Le cortège traversera la Cornouaille de Hanvec à Plonévez-Porzay au rythme de foulées généreuses, lesquelles seront accompagnées par le mordant de Tony Foricheur, comédien de la troupe quimpéroise du Teatr Piba. Un joli symbole quand on sait que la Redadeg a financé la troupe qui crée des spectacles en breton. Ce dernier animera la course au sein du traditionnel convoi chargé d’assurer la sécurité sur la route. Au total, quinze personnes accompagneront les coureurs, parmi eux des sportifs chargés de suppléer un acheteur en cas d’indisponibilité, mais également des cyclistes ou encore des volontaires pour conduire les stafettes.

Le Faou, Pont-de-Buis Châteaulin et Cast

Ces derniers rouleront au pas durant près de quatre heures. « C’est dur pour le dos, c’est presque plus dangereux que de courir », plaisante Frédérique Huet, coordinatrice du parcours cornouaillais.

Tout ce petit monde traversera les communes du Faou, de Pont-de-Buis, de Châteaulin et de Cast, avant de céder le relais aux équipes du Pays de Douarnenez. La course montera en décibels avec des concerts dans les villes étapes. Au même titre qu’il manque encore deux copilotes pour compléter le convoi, sept kilomètres sur les quarante n’ont pas encore trouvé coureurs. Voilà qui représente 800 € qui seront, à coup sûr, déboursés d’ici le début de la course. Car lorsqu’il s’agit de conserver leur patrimoine linguistique, les Bretons n’ont pas d’oursins dans les poches. En Cornouaille, neuf achats sur dix sont effectués par des particuliers.

De génération en génération

Des petites communes ont sorti leur portefeuille pour l’instant comme Hanvec ou Saint-Ségal, mais la Redadeg attend des nouvelles de Châteaulin. Une partie des recettes servira à financer les écoles Diwan de la région et une autre de nombreux projets qui font vivre la langue. « La scolarisation est essentielle pour pouvoir partager un patrimoine culturel commun », explique Frédérique Huet, cette Girondine d’origine qui a appris le breton il y a 11 ans. « Je suis attachée à ce patrimoine et cette histoire, j’ai même trouvé du travail grâce au breton. » Un exemple parmi d’autres qui permet d’expliquer le succès de cette grande course familiale.

Pratique

Pour acheter un kilomètre sur le parcours. rendez-vous sur le site site de la redadeg.

 

Lire l’article sur le telegramme ici