Diwan. Peu de visiteurs au troc et puces

troc-puces-sept2015


L’école Diwan organisait un troc et puces, hier, à Coatigrac’h. « Avec la concurrence de la Foire Saint-Michel et des autres vide-greniers, sans oublier les frais engendrés par le service de sécurité, nous serons satisfaits si nous faisons la moitié du bénéfice des années précédentes », déclarait Cyril Sohier, organisateur de cette manifestation. Avec une vingtaine d’exposants et des visiteurs plutôt en promenade du côté de Brest, difficile en effet de faire un gros chiffre.

Lire l’article sur le telegramme >ici<

Diwan. Troc & puces dimanche

jeanpierreportier_2015092415015934_Chtrocpucediwan240915

L’école Diwan organise, demain, de 8 h à 17 h, son traditionnel troc et puces, à Coatigrac’h. Les membres de l’association, Morgane Chevalier-Viezzer et Fa Ribaud-Millour, en visite à l’école jeudi, jour de ramassage des pommes dans la cour, préparaient déjà le prochain salon Artisan’Art, qui aura lieu les 21 et 22 novembre. Contact : kuzuldiwan.kastellin@free.fr. Emplacement disponible de 3 m avec ou sans table. Les 3 m l à 12 € la table, emplacement de 3 ml à 6 € sans table.

Lire l’article sur le telegramme >ici<

 

Troc et puces de Diwan Kastellin. Plus de 1.000 entrées comptabilisées

art_17-03-2015
Dimanche, avait lieu le troc et puces organisé par Kuzul Diwan Kastellin, « kuzul signifiant comité de soutien », renseigne Cyril Sohier, président de l’association d’enseignement populaire qui gère l’école Diwan de Châteaulin. « Avec 1.055 entrées, dont 895 payantes, et une cinquantaine d’exposants, nous sommes satisfaits. L’argent recueilli sert à financer le prêt de l’achat des murs de l’école, les factures de chauffage, d’électricité… Nous ne recevons pas de subventions, hormis le forfait communal de 807,73 €, versé par Châteaulin pour six élèves et Saint-Coulitz pour un élève, sur un total de 23 enfants. En effet, notre école est privée, mais sous contrat associatif. Néanmoins, nous avons un budget de 40.000 € à couvrir », détaille Cyril Sohier.

© Le Télégramme – en savoir plus