[J-3] Artisan’Art. 55 créateurs au marché de Noël

Des membres du comité de soutien à l’école Diwan, le « Kuzul skoazell diwan kastellin », ont embauché leurs enfants pour faire la promotion d’Artisan’Art, à la fois salon de créateurs et marché de Noël.

Samedi et dimanche, le comité de soutien à l’école Diwan investit le gymnase Saint-Louis pour sa douzième édition d’Artisan’Art. Ce grand marché de Noël, l’un des plus importants du département, réunit 55 artisans et créateurs bretons. Sapins et cheminées vont trouver à qui parler.

Noël n’est pas pour tout de suite. Mais le comité de soutien à l’école Diwan a pris l’habitude, depuis 2007, de prendre un peu d’avance en organisant Artisan’Art en novembre. Plus qu’un marché de Noël, c’est un grand salon d’artisanat d’art quasi unique dans le département. Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas, fort chaque année d’environ 2 000 personnes.

Bois, cuir, textile, métaux, terre

Ce qu’on y trouve ? Difficile d’en faire le tour, tant les nombreux exposants (55) venus de toute la Bretagne rivalisent d’originalité et de diversité dans leurs créations.

Pour faire court, disons que tous les matériaux, bois, cuir, textile, métaux, terre, verre et autres se métamorphosent sous des doigts experts en bijoux, vêtements, accessoires de mode, coutellerie, luminaires, sculptures, céramiques, cosmétiques, jouets, livres, etc. Sans compter la présence de peintres, photographes, plasticiens, ou encore celle de créateurs gastronomiques.

Toujours du nouveau

Pour que chaque année Artisan’Art continue à surprendre son public, les organisateurs renouvellent pour moitié les exposants. « Il faut trouver un équilibre entre les créateurs pour proposer la diversité la plus large et aussi faire une place à ceux du territoire », complète Morgane Viezzer cheville ouvrière du Kuzul (le comité en breton). Le choix est difficile car nombreux sont ceux qui veulent exposer à Châteaulin (deux fois plus que la salle ne peut en contenir).

« Il faut trouver un équilibre entre les créateurs pour proposer la diversité la plus large et aussi faire une place à ceux du territoire. »

« Chaque année, nous devons refuser des créateurs qui ont pourtant de très belles choses à proposer », se désole Énora Le Roux. D’autant que la place est limitée, particulièrement avec le rapatriement au gymnase Saint-Louis, pour cause de travaux à Coatigrac’h. « On a quand même réussi à caser tout le monde, sans pour autant se marcher dessus », sourit Karine Godec, néanmoins très contente de la salle.

Mouton bilingue

L’école Diwan y a bien sûr son stand. Entre la vente de calendriers, livres, sacs, chocolats et bières, Yan-Bêr Kemener, le papa de Moutig, viendra y dédicacer ses ouvrages, en compagnie de son illustratrice, la peintre Anna Magron. Très remarqués au salon du livre d’octobre dernier, le Telgrucien et la Châteaulinoise vous diront tout sur cet espiègle petit mouton bilingue.

Et pour emballer tous ces cadeaux de Noël, les jeunes de Polysonnance ont prévu du joli papier.

Un espace pour les enfants

Il y a aussi des animations. À commencer par celles d’Ocealg dont les ateliers se proposent de faire découvrir les algues alimentaires et la façon de les accommoder. Autre atelier : celui de Melu Tissage et son métier à tisser portatif.

Quant aux enfants, ils ont droit, cette année, à un tout nouvel espace qui leur est dédié. La conteuse Awenn viendra leur raconter de jolies histoires, en breton et en français (à 15 h et 16 h 30, les deux jours). « Entre-temps, je ferai des animations avec les lutins du Père Noël », complète Fa Ribaud-Millour, animatrice réputée. Père Noël avec qui les enfants pourront se faire prendre en photo, seulement le dimanche (le samedi, il travaille). « Les parents auront ainsi tout loisir de sillonner les stands », promet Angéline Cazouret.

Indispensable à Diwan

Le Kuzul ne doit pas se louper car Artisan’Art rapporte environ 50 % des 16 000 € qu’il collecte chaque année pour le fonctionnement de l’école Diwan (loyers, charges, salaires des employés non-enseignants, etc.). Le reste provient des deux lotos annuels et autres événements. La tombola à 1 €, dotée de lots offerts par les exposants, devrait contribuer à gonfler la caisse.

Pratique

Artisan’Art, au gymnase Saint-Louis (63, Grand-Rue), samedi, de 14 h à 19 h, et dimanche, de 10 h à 18 h. Entrée : 2 € (valable pour les deux jours) ; gratuit pour les moins de 12 ans. Buvette et crêpes sur place.

Lire l’article sur Le Télégramme